31 août 2016

Trouver sa voie dans La constellation du chien

La constellation du chien Peter Heller couverture

Impressions n°7
Ce billet est une republication  27/02/14 de mon ancien blog.

Contemplatif mais prenant, plein d'émotions, à la fois doux et dur, triste et plein d'optimisme, véritable ode à la nature, ce roman parle, non pas de survie, mais de deuil à faire, de nostalgie, de se reconstruire et de reconstruire des relations avec les autres.


Deux gars et un chien sont dans un aéroport


La constellation du chien, c'est l'histoire d'un type qui a survécu à une grippe qui a décimé l'immense majorité de l'humanité. Dix ans plus tard, il vit dans un aéroport avec son chien, Jasper, et un autre type, un peu cinglé de la gâchette, Bangley. Le trio a une routine de survie plutôt efficace. Hig (notre protagoniste donc) survole (oui en avion) un large périmètre autour de leur lieu de vie. Ça permet de repérer les intrus de loin, voire même de les faire fuir en leur faisant peur. Il part aussi chasser, le chevreuil puisque les élans ont disparu, ou pêcher, la carpe puisque la truite a disparu. Pendant ce temps, Bangley s'occupe de la sécurité en entretenant leur arsenal et en tuant systématiquement tout ce qui est humain.
Si je me suis déjà réveillé en larmes au milieu d'un rêve, et je ne dis pas que c'est arrivé, c'est parce qu'il ne reste plus une truite, plus une. La truite mouchetée, arc-en-ciel, fario, fardée, dorée, plus une.

Après la fin du monde, rester sain d'esprit et reconstruire


Entre quotidien survivaliste et retour sur son passé, Hig nous livre son ressenti. Le style est assez spécial, écrit à la première personne. On a l'impression de cheminer dans ses pensées. Peter Heller retranscrit remarquablement l'étrangeté du personnage. Le gars reste très sain d'esprit, mais bon ça fait dix ans qu'il vit avec son chien. Et puis il est taraudé. Par la mort de sa femme, qu'il a étouffée avec un oreiller alors qu'elle se mourait de la grippe. Par la déliquescence du monde à cause du réchauffement climatique. Par sa solitude.
J'ai  étouffé ma femme avec un oreiller. A la fin, quand elle l'a demandé. Comme on pique un chien. D'autres choses. Pires.
C'est une histoire de fin du monde comme je les aime : passé la violence de l'apocalypse et celle des pilleurs, on peut penser à reconstruire le monde, sur les cendres du précédent. En cela, j'y vois un écho à l'excellente nouvelle de Thomas Day, Lumière Noire (dans le recueil 7 secondes pour devenir un aigle), que j'avais lue juste avant.
Attends, où sont passés les vieux tuteurs pour les haricots ? Où est-ce qu'on les a mis ?
Jasper a dressé les oreilles, la gueule ouverte en forme de sourire. Il n'en savait rien, il s'en battait les flancs.
Si seulement la vie était si simple, j'ai pensé comme tant de fois auparavant. Aussi simple qu'une vie de chien.

Et toi, cher lecteur, chère lectrice ? Tu aimes aussi les livres qui causent de fin du monde ? Tu as lu celui-ci ? Qu'en as-tu pensé ? Tu comptes le lire ?

Informations éditoriales

Ecrit par Peter Heller. Publié chez Actes Sud en 2013. Chez Babel pour l'édition en livre de poche. Traduit de l'anglais (US) par Céline Leroy. Titre original : The Dog Stars. Image de couverture par Stefanie Schneider. 336 pages (GF), 415 pages (LdP).

Pour aller plus loin

Toutes les infos éditoriales sur le site de l'éditeur.
Prix Une autre terre 2014
D'autres avis : La magie des mots, La prophétie des ânes, Rêve général.


Ce billet vous a plu? Vous pouvez le partager à vos amis, poster un commentaire ou encore suivre mes élucubrations culturelles sur Twitter, Facebook et Instagram.

12 commentaires:

  1. Woh, les citations sont fortes. Le livre l'a l'air aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est fort mais pas du tout difficile à lire.

      Supprimer
  2. Ca fait bien envie (et vive le post-apo où ça se reconstruit derrière ^^)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai rendu à la biblio mardi si tu veux :D

      Supprimer
  3. Ça a l'air sympa, enfin "sympa", façon de parler bien sûr. ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non mais si c'est sympa. Ça reste assez léger vu le sujet.

      Supprimer
  4. Le style a l’air très bizarre, dans le bon sens du terme !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui exactement. C'est un peu spéc mais perso j'ai beaucoup aimé.

      Supprimer
  5. "Le gars reste très sain d'esprit, mais bon ça fait dix ans qu'il vit avec son chien", ah oui ? mdr c'est inquiétant pour ceux qui vivent avec leurs chiens, ihih
    Bon sinon cela m'a l'air pas mal du tout ce petit roman, décidément il y en a un paquet de livres post apo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être aurais-je du mettre "qu'il ne QU'avec son chien" lol
      Il est vraiment bien. Je pense que ça pourrait te plaire.

      Supprimer
  6. Je n'ai encore jamais lu de post-apo (il me semble), mais je tenterais bien (un jour). Est ce que tu le conseillerais celui-ci, en première lecture, ou un autre ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui pourquoi pas. Par contre lis quelques passages avant de le prendre car l'écriture est assez particulière. Si le style te plait, je suis quasi sûre que tu vas aimer.

      Supprimer